L’entrepreneuriat transméditerranéen en question

Publication d’un article de Sylvie DAVIET, professeur de géographie à Aix-Marseille-Université, chercheuse à l’UMR TELEMME (MMSH) et à l’IRMC de Tunis, sur le site http://www.econostrum.info.

Baisse des IDE, des revenus touristiques, des transferts de migrants …, l’économie de la rive Sud subit actuellement de plein fouet le double impact d’une difficile transition politique et de la crise économique mondiale et européenne qui sévit depuis 2008. Or, les crises ne sont pas des moments où le temps suspend son vol en attendant des jours meilleurs, mais au contraire des moments où le jeu des forces en présence redistribue les cartes pour révéler un nouvel échiquier. En l’occurrence, le nouveau paradigme des printemps arabes vient percuter un espace euro-méditerranéen en proie au polycentrisme mondial où l’hypothèse d’une « Méditerranée sans l’Europe » (Abis, 2010) force le trait du recul européen pour ne plus en faire l’économie.

Donc, dans un espace en pleine recomposition et dix-huit mois après les débuts de l’onde de choc, on ne saurait tirer de conclusions définitives, mais quelques remarques sont à souligner.

Le mode de développement « offshore », qui a prévalu jusqu’à la révolution tunisienne, doit manifestement être revu. Au Nord comme au Sud, on ne semble plus se fier au prisme de quelques indicateurs macroéconomiques pour attester de la bonne santé d’une société. On met désormais à l’honneur des indicateurs plus humains : la RSE, la société civile, la réduction des inégalités territoriales …, pour attester du bon sens de l’économie. Mais si les initiatives bienveillantes se multiplient, c’est encore sans coordination et sans vision d’ensemble.

Les firmes-réseaux et systèmes productifs transnationaux (dans un grand nombre de secteurs, du textile à l’automobile) font aujourd’hui de la Méditerranée une interface, tenant du hub plus que de l’espace intégré. Les exportations de la rive Sud vers la rive Nord relèvent plus souvent d’une dynamique d’extraversion promue par les donneurs d’ordre européens (délocalisation-réimportation) que du développement endogène du tissu entrepreneurial.

Le Maghreb comme espace-relais entre l’Europe et l’Afrique

L’internationalisation des entreprises maghrébines est pourtant effective, mais elle se déploie davantage au sein du grand Maghreb ou en direction de l’Afrique subsaharienne. De véritables groupes maghrébins émergent dans la banque (BMCE, Attijariwafa Bank), l’industrie (Elloumi, Poulina, Cevital), l’ingénierie (Comete, SCET, Studi), les télécommunications … Leurs dirigeants ont souvent été formés en Europe, mais leurs horizons économiques se diversifient et se tournent majoritairement vers les marchés arabes et africains, pour au moins trois raisons principales: profiter des taux de croissance offerts par ces marchés, anticiper le repli européen et être les pionniers de l’intégration africaine.

Ainsi, le Maghreb tend à mieux valoriser ses trois sphères d’appartenance (la Méditerranée, le monde arabe et l’Afrique). Il s’affirme plus volontiers comme un espace-relais entre l’Europe et l’Afrique où ses entreprises se déploient aujourd’hui. Mais dans la stratégie de « hub pour l’Afrique », le Maroc a pris une longueur d’avance, grâce à ses infrastructures (Tanger-Med, le réseau de la Royal Air Maroc), mais aussi grâce à la nouvelle génération de ses élites économiques qui en porte la vision.

Déconstruire l’Euroméditerranée pour la repenser autrement

La question de l’intégration euro-méditerranéenne s’est donc considérablement fragilisée, non seulement parce qu’elle est suspendue aux options politiques des nouveaux dirigeants issus des printemps arabes, mais aussi parce qu’elle dépend de nouvelles dynamiques économiques qui tendent à lui échapper et dont on ne saurait nier l’existence.

Pourtant, les atouts ne manquent pas pour remettre la Méditerranée au centre des horizons qui chantent.

Il existe un tissu social de l’entre deux rives, constituant la matrice d’un écosystème relationnel dont les binationaux sont le maillon fort ; le double statut étant pour beaucoup la clé de la mobilité professionnelle. Les acteurs économiques transméditerranéens, dans un contexte de densification croissante de la mobilité moderne et des réseaux professionnels, contribuent à la création d’un espace transnational en Méditerranée.

L’entrepreneuriat transméditerranéen pourrait davantage s’orienter vers le développement africain (triangulation). Les partenariats entre les entreprises des deux rives pour aborder les marchés du Sud existent déjà et sont porteurs de nouvelles complémentarités, car les entreprises maghrébines sont à l’écoute des pays du Sud, elles y disposent d’avantages comparatifs, tout en valorisant des liens culturels et une compréhension commune des problématiques du développement.

Le potentiel pour faire de la Méditerranée une grande région attractive existe donc, encore faut-il penser la Méditerranée comme une grande région du monde, reliant de vastes continents, et non comme une simple frange littorale, voire même un voisinage.

Cette réflexion s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche dont les résultats seront présentés les 15 et 16 novembre 2012 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (voir l’intégralité du programme ).

L’entrepreneuriat transméditerranéen en question : 15-16 novembre 2012

Le colloque qui se déroule à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en Provence), les 15 et 16 novembre 2012, aborde les enjeux euro-méditerranéens sous l’angle de l’entrepreneuriat. Quelle est la place réelle de l’Europe dans les dynamiques économiques du Maghreb ? Quels sont les atouts et limites du système entrepreneurial de l’entre-deux-rives ? N’a-t-on pas cru sans réserve que le Maghreb était naturellement et presque exclusivement tourné vers l’Europe, alors qu’il diversifie ses horizons et ses partenariats ? Qui sont aujourd’hui les acteurs les plus dynamiques de ces logiques transméditerranéennes… ? Partant de l’hypothèse d’un entrepreneuriat transméditerranéen, le colloque tente de répondre à ces questions, sous l’égide d’Aix-Marseille-Université et de l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) basé à Tunis.

Présentation du programme en français

Présentation du programme en anglais

Résumés des communications du colloque

Semaine économique de la Méditerranée à Marseille du 15 au 21 Octobre

Cette initiative partenariale réunit pendant une semaine à Marseille acteurs privés, experts, représentants politiques, institutionnels et des sociétés civiles issus de l’ensemble des pays du pourtour méditerranéen. Elle a pour objectif d’offrir un espace de rencontres, d’échanges et de débats sur les grands enjeux économiques de la région. Avec l’appui d’une trentaine de partenaires, plus de 20 évènements et 3 000 participants attendus, cette édition sera placée sous le signe de la jeunesse… Au programme de la 6ème édition de la Semaine Économique de la Méditerranée des conférences et ateliers sur la responsabilité sociale des entreprises, le rôle des réseaux sociaux dans « le printemps arabe », l’intérêt des TIC pour le développement territorial, le soutien des diasporas à entrepreneuriat, l’aide à l’export… Cette semaine se terminera par les 8èmes Rendez-vous économiques de la Méditerranée qui traiteront cette année des nouveaux pouvoirs et nouveaux programmes économiques en Méditerranée.

Ø  Présentation

Ø  Le programme de la semaine économique de la Méditerranée

http://www.semaine-eco-med.com/fr/atelier-developpement-durable-et-espace-euro-mediterraneen

Cette actualité transméditerranéenne est aussi l’occasion de montrer que la recherche en sciences économiques et sociales est en prise directe avec ces réalités d’un monde en mouvement et produit des connaissances dans le cadre de programmes financés par des institutions européennes et internationales.

Ci-dessous deux exemples de réflexions et travaux académiques :

Ø  Un texte de E. Mouhoub Mouhoud – du 06/2012

Sur les liens entre « Migrations, Diaspora et Développement »

Ø  Une étude de l’Institut Européen de Florence, dans le cadre du CARIM, 04/2006

Sur « La diaspora algérienne en Amérique du Nord », par Hocine Khelfaoui (PDF)

L’élite économique marocaine : étude sur la nouvelle génération d’entrepreneurs

L’élite économique marocaine : étude sur la nouvelle génération d’entrepreneurs par Noureddine Affaya et Driss Guerraoui, en coédition Arci, L’Harmattan.

Quels sont les fondements historiques et socioculturels de l’émergence de l’élite économique marocaine ? Quel est l’impact des réformes économiques qu’a connu le Maroc depuis l’indépendance sur les entrepreneurs et les entreprises ? Quelles sont les caractéristiques majeures et les grands paradoxes du capitalisme marocain en ce début de XXIe siècle ?

Disponible sur le site de l’éditeur

Vers un entrepreneuriat transméditerranéen ? 15-16 novembre 2012

Mise en ligne du programme du colloque international Vers un entrepreneuriat transméditerranéen? Les stratégies d’internationalisation des entreprises maghrébines et de réinvestissement des Maghrébins d’Europe, prévu les 15 et 16 novembre 2012 à la MMSH d’Aix-en-Provence.

Programme détaillé

Bilan d’étape du programme « Vers un entrepreneuriat transméditerranéen »

Publication du Bilan d’étape suite à la troisième réunion de programme qui s’est tenue à l’hôtel Sidi Bou Saïd (Tunis) les 30 et 31 avril 2012, dans le bulletin d’information scientifique de l’IRMC, La lettre de l’IRMC .

Journée d’étude à Aix-en-Provence « Mobilités entrepreneuriales & espace méditerranéen XVIIe-XXIe siècles » : 23 mai 2012

« Mobilités entrepreneuriales & espace méditerranéen XVIIe-XXIe siècles »

Organisation Sylvie Daviet et Xavier Daumalin

 Partenariats et contexte institutionnel

Cette journée pluridisciplinaire associe principalement le programme international de recherche IRMC-AUF sur l’entrepreneuriat transméditerranéen, le programme transversal MIMED de la MMSH sur les migrations en Méditerranée et l’équipe de l’UMR TELEMME consacrée aux « économies méditerranéennes et leurs mondes de l’époque moderne à nos jours ». Elle prend place entre plusieurs manifestations scientifiques : l’atelier « Migrations qualifiées et circulations des élites » qui s’est tenu à Aix-en-Provence en novembre 2010 ; trois rencontres plénières et deux journées d’étude qui se sont tenues en Tunisie d’octobre 2010 à Mars 2012 (à Tunis et à Sfax) ; et le colloque final du programme IRMC-AUF sur l’entrepreneuriat qui se tiendra à Aix-en-Provence en novembre 2012. Cette journée est donc une étape qui vient souligner les synergies que nous avons établies entre différentes équipes et programmes de recherche des deux rives de la Méditerranée.

Problématique de la journée

A partir des questionnements du programme de recherche IRMC-AUF « Vers un entrepreneuriat transméditerranéen ? Les stratégies d’internationalisation des entreprises maghrébines et de réinvestissement des Maghrébins d’Europe » et des recherches menées sur les circulations économiques par différents groupes de l’UMR TELEMME, l’enjeu central de la journée du 23 mai 2012 est de mettre en perspective la problématique des mobilités entrepreneuriales vers, dans et depuis l’espace méditerranéen sur la longue durée (XVIIe-XXIe siècles), en confrontant et articulant les approches de plusieurs disciplines.

Il s’agit de comprendre la façon dont les entrepreneurs mettent en relation des mondes économiques plus ou moins distants et différents, développent des opportunités d’accès aux marchés extérieurs, adoptent et font circuler de nouvelles pratiques et de nouveaux savoirs, créent des réseaux internationaux pour la formation, développent des stratégies de réinvestissement dans le pays d’origine ou d’intégration dans le pays d’accueil… La liste des thématiques est loin d’être exhaustive. Les interventions comme les débats viendront élargir et compléter ce propos. Nous observons ces processus en soulignant plusieurs dimensions des mobilités entrepreneuriales et circulations sociétales qu’ils suscitent :

– des déplacements conçus comme ressorts et supports de l’activité économique, et comme ressources des acteurs de l’économie ;

– des mouvements qui s’inscrivent dans l’espace large de la Méditerranée, avec des évolutions, formes et impacts sur le long terme du XVIIe siècle à nos jours

– des origines et destinations géographiques qui sillonnent le bassin méditerranéen en empruntant des sens multiples (Nord-Sud ; Sud-Nord ; Est-Ouest)

Nous aborderons ainsi ces mobilités sous trois angles de vue :

– la mobilité comme vecteur de mise en réseau d’espaces commerciaux ou productifs

– la mobilité comme vecteur de transferts technologiques

– la mobilité comme formation : usages et représentations du « voyage »

Programme et intervenants (format PDF – 689.2 ko)

L’entrepreneuriat transméditerranéen et les stratégies d’internationalisation entre les deux rives

Problématique : Ce programme vise à mettre en relation et à développer les recherches actuellement menées en sciences humaines, économiques et sociales sur les nouvelles stratégies d’internationalisation des entreprises à partir des régions riveraines de la Méditerranée et tout particulièrement dans une dimension Maghreb/Europe. Il porte sur la tendance de nombreux entrepreneurs, quelle que soit leur structure (petite, moyenne ou grande), à s’inscrire dans des volontés d’ouverture à l’international et de circulations sociétales autour de la Méditerranée.

Ainsi, dans un environnement très changeant où la formation, l’information, les modes de communication et les réseaux d’insertion supposent une mise à jour constante, de nombreux entrepreneurs entrevoient des opportunités d’accès aux marchés extérieurs par la sous-traitance, la production/vente de nouveaux produits et services sur des marchés de « niche », ou par le commerce international dans un contexte de mondialisation. Les recherches mettront à jour ces stratégies d’extraversion depuis le Maghreb, tout comme les dynamiques de réinvestissement des Maghrébins d’Europe dans le pays d’origine. Dans les deux cas, ces processus seront étudiés comme de nouvelles dimensions, issues d’initiatives individuelles, ou relayées par des institutions œuvrant dans un cadre national, de coopération bilatérale ou plus largement méditerranéen.

Il s’agira de s’intéresser tout particulièrement aux acteurs et aux dispositifs de cette internationalisation. Qui sont ces acteurs (individuels et collectifs)? D’où viennent-ils (nouvelles transversalités géographiques)? Comment reconfigurent-ils les anciennes combinaisons relationnelles? Quels appuis ont-ils auprès des organisations professionnelles, associatives ou politiques? De quelles inscriptions territoriales bénéficient-ils? Quelles formes concrètes de localisations prend le transnational (économies frontalières, zones franches, territoires productifs…)? Quels sont les secteurs concernés? Par quels régimes de régulation passent ces organisations productives? Les enquêtes qui seront menées seront déclinées en trois grands ensembles : les nouvelles TPE/PME, les nouveaux consortiums transnationaux mondialisés, les « aventuriers » de l’informel transfrontalier.