Tunisie. Économie politique d’une révolution

Le 17 décembre 2010, le jeune Mohamed Bouazizi s’immole par le feu à Sidi Bouzid. Cet acte désespéré, qui concentre des frustrations de longue date liées aux inégalités sociales et régionales, à la corruption, au népotisme et au chômage est le point de départ d’un grand mouvement populaire de protestation contre le régime de Ben Ali. Il débouchera, malgré la répression, sur la chute de la dictature et donnera l’impulsion à d’autres révoltes dans les pays arabes voisins.

Cet ouvrage explique les origines profondes de la révolution en Tunisie en abordant successivement l’expérience de la modernisation, ses enjeux et ses limites dans les années 1970 ; la tentative d’ouverture et de réformes dans les années 1980 ; l’avènement du régime de Ben Ali à partir de la fin des années 1980 et sa transformation progressive en une dictature ; les effets de la crise globale sur la crise du régime tunisien et la révolution ; les défis de la révolution et l’instauration d’une société démocratique et pluraliste.

Il s’adresse aux étudiants en science politique, économie et relations internationales ainsi qu’à un public plus large intéressé par le monde arabe.

Hakim Ben Hammouda a récemment présenté cet ouvrage à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain de Tunis et évoque régulièrement son actualité sur son site internet.

Le prêt sur gage au crédit municipal de Paris : Clientèles et mondes sociaux

Co-édition Karthala-CMP.

Le « Mont-de-piété », « ma tante », « le clou », sont des appellations du prêt sur gage (forme de crédit social basé sur l’hypothèque d’un objet personnel) qui ont marqué l’esprit des Français depuis le XVIIIe siècle. Aujourd’hui, l’évolution du Mont-de-piété vers le Crédit municipal de Paris (CMP) témoigne de la permanence de l’institution qui a gardé son attrait au coeur du quartier du Marais à Paris.

Cet ouvrage revisite « ma tante » à la lumière de la crise économique et sociale qui a touché la France à la fin des années 2000. Dans une approche socio-anthropologique, il décrit les populations fréquentant le CMP. Une partie de ses actuels clients, les nouveaux pauvres, se comptent désormais parmi les communautés étrangères (africaines, nord africaines, sri lankaises, asiatiques…). Ils rejoignent les catégories aisées de la société française, bourgeoisie et professions libérales, puis les classes moyennes et les retraités, affaiblis par le surendettement et l’exclusion bancaire. Le prêt sur gage devient la banque du dernier recours et de tous par delà les distinctions sociales, où se côtoient et s’évaluent, entre sentiments de honte et compassion, immigrés de plusieurs générations et français de souche.

Au fil d’une narration vivante et nourrie d’émotions, le lecteur découvrira le prêt sur gage au quotidien. Récits d’expériences et fragments d’histoires de vie l’informeront sur les attitudes de la clientèle (discrétion, anonymat, négociation), ou sur les usages du gage (coffre fort, stratégie de vente, trésorerie flexible). Il s’y familiarisera avec les mondes sociaux et la biographie des objets négociés : biens familiaux, effets personnels, bijoux étrangers, oeuvres d’art et ventes aux enchères.

Enfin, il y percevra les valeurs sociales portées par le CMP : la confiance en un service cautionné par la puissance publique, une transaction structurée par la complicité d’un personnel en empathie avec ses clients, les pouvoirs de l’argent et la symbolique du monnayage, l’acquisition d’une autonomie économique face au crédit bancaire, mais aussi le renforcement d’une fragilité sociale.

Avec la collaboration, pour la partie enquête et analyse statistiques, de Jasmina Stépanovic, chercheure au CERLIS-CNRS, Université Paris Descartes.

Houda Laroussi, docteure en sociologie, est enseignante à l’Institut national du travail et des études sociales de Tunis. Elle est chercheure associée à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (Tunis), et au laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique au Conservatoire national des arts et métiers (Paris). Ses recherches portent sur le micro-crédit et les formes d’aides financières au micro-entreprenariat féminin entre la France et la Tunisie. Auteure de Micro-crédit et lien social en Tunisie, éd. Karthala, Paris, 2009.

Lien vers l’éditeur

Entreprises et entrepreneurs en Algérie et dans l’immigration : Essai de sociologie économique

A partir de deux enquêtes de terrain conduites en Algérie et en France, entre 2001 et 2008, cet ouvrage cherche à identifier les motivations des entrepreneurs et de saisir les logiques d’action qu’ils mettent à l’œuvre dans leurs entreprises.

Au-delà de l’analyse économique de l’acteur rationnel maximisant les opportunités de gain, il est question ici d’autres facteurs non économiques qui résultent d’interactions sociales en rapport à des environnements politiques, socioculturels et religieux particuliers et qui permettent de mieux comprendre les manières d’être et d’agir des entrepreneurs.

Dans une visée ethnographique, cet ouvrage donne à voir le travail de l’entrepreneur aux prises avec son projet et les marchés, son entreprise et ses employés, son territoire et ses réseaux sociaux : familiaux, communautaires, ethniques, politiques parfois.

Mohamed Madoui est professeur de sociologie au Conservatoire national des arts et métiers et chercheur au laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (CNRS, UMR3320). Ses travaux portent sur la sociologie économique des la petite entreprise et des entrepreneurs, l’insertion et l’intégration des publics migrants et les questions liées aux discriminations sur le marché du travail et de l’emploi.

Lien vers l’éditeur

Quels modèles de développement pour la Tunisie de demain?

Jeudi 22 septembre 2011 au Palais des Congrès : « Quels modèles de développement pour la Tunisie de demain ? ». Interview de M. Maher KALLEL Président de Carthage Business Angels et Président de l’Association NOUR. Interview réalisée par Ghazi El Khamsa – ATUGE

M. Maher Kallel nous présente l’association Carthage Business Angels (CBA), première association de Business Angels en Tunisie. Carthage Business Angels regroupe les premiers acteurs du financement des jeunes entreprises innovantes de par leur double apport à la fois en capital mais aussi en compétences auprès des jeunes entreprises en phase de création, comme ils jouent aussi un rôle primordial pour le développement économique national. Site : http://www.atuge.org