L’usine et la région en Tunisie : le décrochage industriel des régions intérieures

L’usine et la région en Tunisie : le décrochage industriel des régions intérieures, par Hamadi Tizaoui.

Cet ouvrage, essaiera, dans une première partie, de présenter le cadre institutionnel de l’industrie tunisienne, depuis l’Indépendance, en 1956.
Une fois présenté, ce cadre nous permettra de comprendre pourquoi l’industrialisation tunisienne a engagé le modèle libéral et néolibéral, en se basant sur un secteur offshore qui en est devenu le moteur principale. En Même temps, cette libéralisation n’a jamais été complète puisque l’Etat a toujours joué un rôle important dans la dynamique
économique et industrielle du pays. Ce « modèle de développement »
n’a pas permis à l’Etat de construire une stratégie industrielle à long
terme. Les « politiques industrielles » qui se sont succédées, depuis les
années 1960, sont des tentatives d’adaptation à des contraintes
étrangères et/ou nationales (déséquilibre de la balance des paiements,
problème structurel du chômage, suivisme des solutions imposées par
les bailleurs de fonds internationaux). Le résultat le plus frappant n’était
pas uniquement le retard de « l’émergence » industrielle et économique
de la Tunisie, mais également, une désintégration territoriale, que tout
le pays a subitement découvert lors de la Révolution de janvier 2011.

Hamadi TIZAOUI est docteur en géographie de l’Université de François
Rabelais de Tours (France). Il est actuellement enseignent Chercheur
géographe à la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis. Il
s’intéresse à la géographie économique et sociale du monde Arabe et
de la Tunisie et tout particulièrement à la géographie industrielle.

Islam et diplomatie : la politique africaine du Maroc

Islam et diplomatie : la politique africaine au Maroc, par Bakary Sambe

Paru en langue française aux éditions « Marsam », cet essai de 238 pages met en lumière les liens séculaires entre le Maroc et le Sénégal en particulier et les pays de l’Afrique de l’Ouest en général. Des liens séculaires où la dimension religieuse revêt une importance particulière, compte tenu du rayonnement spirituel du Royaume au niveau du continent africain qu’illustre parfaitement la « Tariqa Tijaniya », qui compte des millions d’adeptes dans les pays d’Afrique de l’Ouest, a tenu à expliquer Bakary Sambe dans une déclaration à la MAP.

Pour Abdelwahab Maalmi, professeur des relations internationales à la faculté de Droit de Casablanca, l’ouvrage retrace l’histoire du Maroc, « carrefour entre l’arabité, la berbérité et l’africanité » qui reste « ce pays, cet arbre, avec la posture singulière de pouvoir autant tendre ses branches vers la Méditerranée que de persévérer dans la préservation de ses racines africaines ».

Cette œuvre tente également d’analyser les facteurs qui garantissent au Maroc, « pays de ressourcement spirituel pour des millions d’Africains, son prestige diplomatique en Afrique », fondé sur l’histoire, l’imaginaire et surtout son statut de « modèle religieux », a dit Maalmi, précisant que cet essai part du passé historique pour déboucher sur les stratégies africaines du Maroc contemporain « qui a toujours pu s’appuyer sur un héritage largement nourri de références religieuses et spirituelles ».

Bakary Sambe est docteur en Sciences politiques spécialisé en Relations internationales (IEP de Lyon) et titulaire d’un Master en langues et civilisations étrangères. Il est chercheur au sein du Groupe de recherches sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO) connu pour ses études des rapports arabo-africains.

 

L’élite économique marocaine : étude sur la nouvelle génération d’entrepreneurs

L’élite économique marocaine : étude sur la nouvelle génération d’entrepreneurs par Noureddine Affaya et Driss Guerraoui, en coédition Arci, L’Harmattan.

Quels sont les fondements historiques et socioculturels de l’émergence de l’élite économique marocaine ? Quel est l’impact des réformes économiques qu’a connu le Maroc depuis l’indépendance sur les entrepreneurs et les entreprises ? Quelles sont les caractéristiques majeures et les grands paradoxes du capitalisme marocain en ce début de XXIe siècle ?

Disponible sur le site de l’éditeur

La Geografia in campo. Metodi ed esperienze di ricerca

Angela Alaimo est docteur en géographie de l’Université de Padoue.

Elle a soutenue en 2010 une thèse sur les délocalisations italiennes en Tunisie et participe au programme de recherche « Entrepreneuriat transmédierranéen ».

Son ouvrage (en italien) « La géographie de terrain, méthodes et expériences de recherche », montre comment on peut faire d’un carnet de bord un précieux outil de la recherche.

Lien vers l’éditeur

Tunisie. Économie politique d’une révolution

Le 17 décembre 2010, le jeune Mohamed Bouazizi s’immole par le feu à Sidi Bouzid. Cet acte désespéré, qui concentre des frustrations de longue date liées aux inégalités sociales et régionales, à la corruption, au népotisme et au chômage est le point de départ d’un grand mouvement populaire de protestation contre le régime de Ben Ali. Il débouchera, malgré la répression, sur la chute de la dictature et donnera l’impulsion à d’autres révoltes dans les pays arabes voisins.

Cet ouvrage explique les origines profondes de la révolution en Tunisie en abordant successivement l’expérience de la modernisation, ses enjeux et ses limites dans les années 1970 ; la tentative d’ouverture et de réformes dans les années 1980 ; l’avènement du régime de Ben Ali à partir de la fin des années 1980 et sa transformation progressive en une dictature ; les effets de la crise globale sur la crise du régime tunisien et la révolution ; les défis de la révolution et l’instauration d’une société démocratique et pluraliste.

Il s’adresse aux étudiants en science politique, économie et relations internationales ainsi qu’à un public plus large intéressé par le monde arabe.

Hakim Ben Hammouda a récemment présenté cet ouvrage à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain de Tunis et évoque régulièrement son actualité sur son site internet.

Le prêt sur gage au crédit municipal de Paris : Clientèles et mondes sociaux

Co-édition Karthala-CMP.

Le « Mont-de-piété », « ma tante », « le clou », sont des appellations du prêt sur gage (forme de crédit social basé sur l’hypothèque d’un objet personnel) qui ont marqué l’esprit des Français depuis le XVIIIe siècle. Aujourd’hui, l’évolution du Mont-de-piété vers le Crédit municipal de Paris (CMP) témoigne de la permanence de l’institution qui a gardé son attrait au coeur du quartier du Marais à Paris.

Cet ouvrage revisite « ma tante » à la lumière de la crise économique et sociale qui a touché la France à la fin des années 2000. Dans une approche socio-anthropologique, il décrit les populations fréquentant le CMP. Une partie de ses actuels clients, les nouveaux pauvres, se comptent désormais parmi les communautés étrangères (africaines, nord africaines, sri lankaises, asiatiques…). Ils rejoignent les catégories aisées de la société française, bourgeoisie et professions libérales, puis les classes moyennes et les retraités, affaiblis par le surendettement et l’exclusion bancaire. Le prêt sur gage devient la banque du dernier recours et de tous par delà les distinctions sociales, où se côtoient et s’évaluent, entre sentiments de honte et compassion, immigrés de plusieurs générations et français de souche.

Au fil d’une narration vivante et nourrie d’émotions, le lecteur découvrira le prêt sur gage au quotidien. Récits d’expériences et fragments d’histoires de vie l’informeront sur les attitudes de la clientèle (discrétion, anonymat, négociation), ou sur les usages du gage (coffre fort, stratégie de vente, trésorerie flexible). Il s’y familiarisera avec les mondes sociaux et la biographie des objets négociés : biens familiaux, effets personnels, bijoux étrangers, oeuvres d’art et ventes aux enchères.

Enfin, il y percevra les valeurs sociales portées par le CMP : la confiance en un service cautionné par la puissance publique, une transaction structurée par la complicité d’un personnel en empathie avec ses clients, les pouvoirs de l’argent et la symbolique du monnayage, l’acquisition d’une autonomie économique face au crédit bancaire, mais aussi le renforcement d’une fragilité sociale.

Avec la collaboration, pour la partie enquête et analyse statistiques, de Jasmina Stépanovic, chercheure au CERLIS-CNRS, Université Paris Descartes.

Houda Laroussi, docteure en sociologie, est enseignante à l’Institut national du travail et des études sociales de Tunis. Elle est chercheure associée à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (Tunis), et au laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique au Conservatoire national des arts et métiers (Paris). Ses recherches portent sur le micro-crédit et les formes d’aides financières au micro-entreprenariat féminin entre la France et la Tunisie. Auteure de Micro-crédit et lien social en Tunisie, éd. Karthala, Paris, 2009.

Lien vers l’éditeur

Entreprises et entrepreneurs en Algérie et dans l’immigration : Essai de sociologie économique

A partir de deux enquêtes de terrain conduites en Algérie et en France, entre 2001 et 2008, cet ouvrage cherche à identifier les motivations des entrepreneurs et de saisir les logiques d’action qu’ils mettent à l’œuvre dans leurs entreprises.

Au-delà de l’analyse économique de l’acteur rationnel maximisant les opportunités de gain, il est question ici d’autres facteurs non économiques qui résultent d’interactions sociales en rapport à des environnements politiques, socioculturels et religieux particuliers et qui permettent de mieux comprendre les manières d’être et d’agir des entrepreneurs.

Dans une visée ethnographique, cet ouvrage donne à voir le travail de l’entrepreneur aux prises avec son projet et les marchés, son entreprise et ses employés, son territoire et ses réseaux sociaux : familiaux, communautaires, ethniques, politiques parfois.

Mohamed Madoui est professeur de sociologie au Conservatoire national des arts et métiers et chercheur au laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (CNRS, UMR3320). Ses travaux portent sur la sociologie économique des la petite entreprise et des entrepreneurs, l’insertion et l’intégration des publics migrants et les questions liées aux discriminations sur le marché du travail et de l’emploi.

Lien vers l’éditeur

Bilan d’étape du programme « Vers un entrepreneuriat transméditerranéen »

Publication du Bilan d’étape suite à la troisième réunion de programme qui s’est tenue à l’hôtel Sidi Bou Saïd (Tunis) les 30 et 31 avril 2012, dans le bulletin d’information scientifique de l’IRMC, La lettre de l’IRMC .