Quand le Sud rachète le Nord

intelciaIl n’est pas exceptionnel que des entreprises du Sud rachètent des entreprises du Nord. Le groupe Marocain Intelcia dirigé par Karim Bernoussi a récemment racheté les cinq sites du groupe français « Phone Marketing «  et se place désormais dans le top 10 des centres d’appel en France. Ci-dessous une interview de Karim Bernoussi qui replace cette aventure « industrielle » dans son contexte :

http://www.intelcia.com/groupe-intelcia/equipe-dirigeante/karim-bernoussi.html

Enjeux tunisiens : perspectives économiques, sociales et politiques deux ans après la révolution

1Organisation d’une journée de formation intitulée Enjeux tunisiens : perspectives économiques, sociales et politiques deux ans après la révolution, par l’EHESS et l’IISMM, le mardi 9 avril 2013, de 9h à 17h.

Le programme de la journée prévoit notamment des interventions d’Alain Messaoudi, d’Hamit Bozarslan, de Michael Bechir-Ayari, de Déborah Perez, de Sylvie Daviet et de Dominique Bresson.

Rien ne se fera sans les jeunes

Voici une interview de Radhi Meddeb dans le cadre de la semaine économique de la Méditerranée qui s’est tenue à Marseille du 15 au 21 octobre 2012. Ce chef d’entreprise tunisien, intervient en tant que président d’IPEMED (Institut de prospective de la Méditerranée) pour souligner que rien ne se fera sans les jeunes ; une jeunesse qui représente souvent 50 % de la population des pays de la rive Sud.

 

L’entrepreneuriat transméditerranéen en question

Publication d’un article de Sylvie DAVIET, professeur de géographie à Aix-Marseille-Université, chercheuse à l’UMR TELEMME (MMSH) et à l’IRMC de Tunis, sur le site http://www.econostrum.info.

Baisse des IDE, des revenus touristiques, des transferts de migrants …, l’économie de la rive Sud subit actuellement de plein fouet le double impact d’une difficile transition politique et de la crise économique mondiale et européenne qui sévit depuis 2008. Or, les crises ne sont pas des moments où le temps suspend son vol en attendant des jours meilleurs, mais au contraire des moments où le jeu des forces en présence redistribue les cartes pour révéler un nouvel échiquier. En l’occurrence, le nouveau paradigme des printemps arabes vient percuter un espace euro-méditerranéen en proie au polycentrisme mondial où l’hypothèse d’une « Méditerranée sans l’Europe » (Abis, 2010) force le trait du recul européen pour ne plus en faire l’économie.

Donc, dans un espace en pleine recomposition et dix-huit mois après les débuts de l’onde de choc, on ne saurait tirer de conclusions définitives, mais quelques remarques sont à souligner.

Le mode de développement « offshore », qui a prévalu jusqu’à la révolution tunisienne, doit manifestement être revu. Au Nord comme au Sud, on ne semble plus se fier au prisme de quelques indicateurs macroéconomiques pour attester de la bonne santé d’une société. On met désormais à l’honneur des indicateurs plus humains : la RSE, la société civile, la réduction des inégalités territoriales …, pour attester du bon sens de l’économie. Mais si les initiatives bienveillantes se multiplient, c’est encore sans coordination et sans vision d’ensemble.

Les firmes-réseaux et systèmes productifs transnationaux (dans un grand nombre de secteurs, du textile à l’automobile) font aujourd’hui de la Méditerranée une interface, tenant du hub plus que de l’espace intégré. Les exportations de la rive Sud vers la rive Nord relèvent plus souvent d’une dynamique d’extraversion promue par les donneurs d’ordre européens (délocalisation-réimportation) que du développement endogène du tissu entrepreneurial.

Le Maghreb comme espace-relais entre l’Europe et l’Afrique

L’internationalisation des entreprises maghrébines est pourtant effective, mais elle se déploie davantage au sein du grand Maghreb ou en direction de l’Afrique subsaharienne. De véritables groupes maghrébins émergent dans la banque (BMCE, Attijariwafa Bank), l’industrie (Elloumi, Poulina, Cevital), l’ingénierie (Comete, SCET, Studi), les télécommunications … Leurs dirigeants ont souvent été formés en Europe, mais leurs horizons économiques se diversifient et se tournent majoritairement vers les marchés arabes et africains, pour au moins trois raisons principales: profiter des taux de croissance offerts par ces marchés, anticiper le repli européen et être les pionniers de l’intégration africaine.

Ainsi, le Maghreb tend à mieux valoriser ses trois sphères d’appartenance (la Méditerranée, le monde arabe et l’Afrique). Il s’affirme plus volontiers comme un espace-relais entre l’Europe et l’Afrique où ses entreprises se déploient aujourd’hui. Mais dans la stratégie de « hub pour l’Afrique », le Maroc a pris une longueur d’avance, grâce à ses infrastructures (Tanger-Med, le réseau de la Royal Air Maroc), mais aussi grâce à la nouvelle génération de ses élites économiques qui en porte la vision.

Déconstruire l’Euroméditerranée pour la repenser autrement

La question de l’intégration euro-méditerranéenne s’est donc considérablement fragilisée, non seulement parce qu’elle est suspendue aux options politiques des nouveaux dirigeants issus des printemps arabes, mais aussi parce qu’elle dépend de nouvelles dynamiques économiques qui tendent à lui échapper et dont on ne saurait nier l’existence.

Pourtant, les atouts ne manquent pas pour remettre la Méditerranée au centre des horizons qui chantent.

Il existe un tissu social de l’entre deux rives, constituant la matrice d’un écosystème relationnel dont les binationaux sont le maillon fort ; le double statut étant pour beaucoup la clé de la mobilité professionnelle. Les acteurs économiques transméditerranéens, dans un contexte de densification croissante de la mobilité moderne et des réseaux professionnels, contribuent à la création d’un espace transnational en Méditerranée.

L’entrepreneuriat transméditerranéen pourrait davantage s’orienter vers le développement africain (triangulation). Les partenariats entre les entreprises des deux rives pour aborder les marchés du Sud existent déjà et sont porteurs de nouvelles complémentarités, car les entreprises maghrébines sont à l’écoute des pays du Sud, elles y disposent d’avantages comparatifs, tout en valorisant des liens culturels et une compréhension commune des problématiques du développement.

Le potentiel pour faire de la Méditerranée une grande région attractive existe donc, encore faut-il penser la Méditerranée comme une grande région du monde, reliant de vastes continents, et non comme une simple frange littorale, voire même un voisinage.

Cette réflexion s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche dont les résultats seront présentés les 15 et 16 novembre 2012 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (voir l’intégralité du programme ).

Présentation de l’Institut méditérranéen de Berlin (MIB)

Membre du programme « Entrepreneuriat transméditerranéen », Isabel Schäfer, politologue à l’Université Humbolt de Berlin, est à l’origine d’un nouvel Institut dédié à la Méditerranée

 

 

 

The Mediterranean Institute Berlin (MIB)

The scientific approach of the Mediterranean Institute Berlin (MIB) is based on the idea to link Area Studies with the discipline of International Relations, and to link political science with political sociology in order to contribute to the interdisciplinary dynamics in the field of social sciences. The MIB is attached to the Institute for Social Sciences (ISS) of Humboldt University Berlin and a member of the Humboldt Center for Social and Political Research (HCSP). It is also a member of the EuroMeSCo Network (observer). The Mediterranean Institute Berlin is in its “construction” phase and will focus on three major research fields.

Lien vers le site du MIB

Présentation de la 21ème édition du FORUM ATUGE – Tunis, 13 Septembre 2012

21ème édition du FORUM ATUGE « Nouvelle Tunisie : Nouveau Contrat Social »
Jeudi 13 septembre 2012 au Palais des Congrès à Tunis.

Dans un environnement en pleine mutation, une nouvelle Tunisie est en train de naître pleine d’espoir et de challenges. Les Tunisiens aujourd’hui libres, sont en quête de dignité: emploi stable, logement décent et sécurité. Il est alors primordial de définir un nouveau contrat social entre l’État, les entreprises et les citoyens. Ces nouvelles dispositions ne devant pas aller à l’encontre de la compétitivité du pays, de son attractivité aux investissements, du respect des droits des employeurs et de la libre initiative entrepreneuriale. Cette équation difficile à résoudre, demeure la clé de voute du socle économique et social de la Tunisie.

C’est autour de ces questions que l’Association des Tunisiens des Grandes Écoles organise son forum annuel sous le thème: « Nouvelle Tunisie : nouveau contrat social »
Gilles Kepel (professeur des Universités à l’Institut d’études politiques de Paris), déclare à l’ouverture du Forum de l’ATUGE que « La colère des jeunes Tunisiens traduit le déficit du traitement de la question sociale » . Après avoir  visité Sidi Bouzid, il évoque la récupération de la colère et de l’insatisfaction sociale par les courants religieux radicaux qui tendent à supplanter les acteurs de la révolution du 14 janvier 2011.

Site Web Forum : http://atuge.org/forum/
Page Facebook : https://www.facebook.com/Forum.Atuge.Tunis
L’évènement : http://on.fb.me/MY1EOl
Twitter : @AtugeTN

Quels modèles de développement pour la Tunisie de demain?

Jeudi 22 septembre 2011 au Palais des Congrès : « Quels modèles de développement pour la Tunisie de demain ? ». Interview de M. Maher KALLEL Président de Carthage Business Angels et Président de l’Association NOUR. Interview réalisée par Ghazi El Khamsa – ATUGE

M. Maher Kallel nous présente l’association Carthage Business Angels (CBA), première association de Business Angels en Tunisie. Carthage Business Angels regroupe les premiers acteurs du financement des jeunes entreprises innovantes de par leur double apport à la fois en capital mais aussi en compétences auprès des jeunes entreprises en phase de création, comme ils jouent aussi un rôle primordial pour le développement économique national. Site : http://www.atuge.org

Présentation des 100 projets d’investissement soumis aux financements extérieurs

Le Journal en ligne Leaders donne accès  à la présentation des 100 projets d’investissement soumis par le Gouvernement tunisien au financement extérieur.

Ces projets ont été présentés à l’occasion d’un forum qui s’est tenu à Gammarth le mercredi 16 mai 2012, à l’initiative du ministère de la Coopération Internationale et du ministère du Développement Régional.

On pourra notamment trouver et télécharger dans l’article les projets d’infrastructure et du développement durable en Tunisie ; les projets des secteurs productifs et du développement humain en Tunisie ; les grands projets de la Tunisie et la stratégie du développement pour la Tunisie.