Quand le Sud rachète le Nord

intelciaIl n’est pas exceptionnel que des entreprises du Sud rachètent des entreprises du Nord. Le groupe Marocain Intelcia dirigé par Karim Bernoussi a récemment racheté les cinq sites du groupe français « Phone Marketing «  et se place désormais dans le top 10 des centres d’appel en France. Ci-dessous une interview de Karim Bernoussi qui replace cette aventure « industrielle » dans son contexte :

http://www.intelcia.com/groupe-intelcia/equipe-dirigeante/karim-bernoussi.html

Enjeux tunisiens : perspectives économiques, sociales et politiques deux ans après la révolution

1Organisation d’une journée de formation intitulée Enjeux tunisiens : perspectives économiques, sociales et politiques deux ans après la révolution, par l’EHESS et l’IISMM, le mardi 9 avril 2013, de 9h à 17h.

Le programme de la journée prévoit notamment des interventions d’Alain Messaoudi, d’Hamit Bozarslan, de Michael Bechir-Ayari, de Déborah Perez, de Sylvie Daviet et de Dominique Bresson.

Rien ne se fera sans les jeunes

Voici une interview de Radhi Meddeb dans le cadre de la semaine économique de la Méditerranée qui s’est tenue à Marseille du 15 au 21 octobre 2012. Ce chef d’entreprise tunisien, intervient en tant que président d’IPEMED (Institut de prospective de la Méditerranée) pour souligner que rien ne se fera sans les jeunes ; une jeunesse qui représente souvent 50 % de la population des pays de la rive Sud.

 

L’entrepreneuriat transméditerranéen en question

Publication d’un article de Sylvie DAVIET, professeur de géographie à Aix-Marseille-Université, chercheuse à l’UMR TELEMME (MMSH) et à l’IRMC de Tunis, sur le site http://www.econostrum.info.

Baisse des IDE, des revenus touristiques, des transferts de migrants …, l’économie de la rive Sud subit actuellement de plein fouet le double impact d’une difficile transition politique et de la crise économique mondiale et européenne qui sévit depuis 2008. Or, les crises ne sont pas des moments où le temps suspend son vol en attendant des jours meilleurs, mais au contraire des moments où le jeu des forces en présence redistribue les cartes pour révéler un nouvel échiquier. En l’occurrence, le nouveau paradigme des printemps arabes vient percuter un espace euro-méditerranéen en proie au polycentrisme mondial où l’hypothèse d’une « Méditerranée sans l’Europe » (Abis, 2010) force le trait du recul européen pour ne plus en faire l’économie.

Donc, dans un espace en pleine recomposition et dix-huit mois après les débuts de l’onde de choc, on ne saurait tirer de conclusions définitives, mais quelques remarques sont à souligner.

Le mode de développement « offshore », qui a prévalu jusqu’à la révolution tunisienne, doit manifestement être revu. Au Nord comme au Sud, on ne semble plus se fier au prisme de quelques indicateurs macroéconomiques pour attester de la bonne santé d’une société. On met désormais à l’honneur des indicateurs plus humains : la RSE, la société civile, la réduction des inégalités territoriales …, pour attester du bon sens de l’économie. Mais si les initiatives bienveillantes se multiplient, c’est encore sans coordination et sans vision d’ensemble.

Les firmes-réseaux et systèmes productifs transnationaux (dans un grand nombre de secteurs, du textile à l’automobile) font aujourd’hui de la Méditerranée une interface, tenant du hub plus que de l’espace intégré. Les exportations de la rive Sud vers la rive Nord relèvent plus souvent d’une dynamique d’extraversion promue par les donneurs d’ordre européens (délocalisation-réimportation) que du développement endogène du tissu entrepreneurial.

Le Maghreb comme espace-relais entre l’Europe et l’Afrique

L’internationalisation des entreprises maghrébines est pourtant effective, mais elle se déploie davantage au sein du grand Maghreb ou en direction de l’Afrique subsaharienne. De véritables groupes maghrébins émergent dans la banque (BMCE, Attijariwafa Bank), l’industrie (Elloumi, Poulina, Cevital), l’ingénierie (Comete, SCET, Studi), les télécommunications … Leurs dirigeants ont souvent été formés en Europe, mais leurs horizons économiques se diversifient et se tournent majoritairement vers les marchés arabes et africains, pour au moins trois raisons principales: profiter des taux de croissance offerts par ces marchés, anticiper le repli européen et être les pionniers de l’intégration africaine.

Ainsi, le Maghreb tend à mieux valoriser ses trois sphères d’appartenance (la Méditerranée, le monde arabe et l’Afrique). Il s’affirme plus volontiers comme un espace-relais entre l’Europe et l’Afrique où ses entreprises se déploient aujourd’hui. Mais dans la stratégie de « hub pour l’Afrique », le Maroc a pris une longueur d’avance, grâce à ses infrastructures (Tanger-Med, le réseau de la Royal Air Maroc), mais aussi grâce à la nouvelle génération de ses élites économiques qui en porte la vision.

Déconstruire l’Euroméditerranée pour la repenser autrement

La question de l’intégration euro-méditerranéenne s’est donc considérablement fragilisée, non seulement parce qu’elle est suspendue aux options politiques des nouveaux dirigeants issus des printemps arabes, mais aussi parce qu’elle dépend de nouvelles dynamiques économiques qui tendent à lui échapper et dont on ne saurait nier l’existence.

Pourtant, les atouts ne manquent pas pour remettre la Méditerranée au centre des horizons qui chantent.

Il existe un tissu social de l’entre deux rives, constituant la matrice d’un écosystème relationnel dont les binationaux sont le maillon fort ; le double statut étant pour beaucoup la clé de la mobilité professionnelle. Les acteurs économiques transméditerranéens, dans un contexte de densification croissante de la mobilité moderne et des réseaux professionnels, contribuent à la création d’un espace transnational en Méditerranée.

L’entrepreneuriat transméditerranéen pourrait davantage s’orienter vers le développement africain (triangulation). Les partenariats entre les entreprises des deux rives pour aborder les marchés du Sud existent déjà et sont porteurs de nouvelles complémentarités, car les entreprises maghrébines sont à l’écoute des pays du Sud, elles y disposent d’avantages comparatifs, tout en valorisant des liens culturels et une compréhension commune des problématiques du développement.

Le potentiel pour faire de la Méditerranée une grande région attractive existe donc, encore faut-il penser la Méditerranée comme une grande région du monde, reliant de vastes continents, et non comme une simple frange littorale, voire même un voisinage.

Cette réflexion s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche dont les résultats seront présentés les 15 et 16 novembre 2012 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (voir l’intégralité du programme ).

Présentation de l’Institut méditérranéen de Berlin (MIB)

Membre du programme « Entrepreneuriat transméditerranéen », Isabel Schäfer, politologue à l’Université Humbolt de Berlin, est à l’origine d’un nouvel Institut dédié à la Méditerranée

 

 

 

The Mediterranean Institute Berlin (MIB)

The scientific approach of the Mediterranean Institute Berlin (MIB) is based on the idea to link Area Studies with the discipline of International Relations, and to link political science with political sociology in order to contribute to the interdisciplinary dynamics in the field of social sciences. The MIB is attached to the Institute for Social Sciences (ISS) of Humboldt University Berlin and a member of the Humboldt Center for Social and Political Research (HCSP). It is also a member of the EuroMeSCo Network (observer). The Mediterranean Institute Berlin is in its “construction” phase and will focus on three major research fields.

Lien vers le site du MIB

L’entrepreneuriat transméditerranéen en question : 15-16 novembre 2012

Le colloque qui se déroule à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en Provence), les 15 et 16 novembre 2012, aborde les enjeux euro-méditerranéens sous l’angle de l’entrepreneuriat. Quelle est la place réelle de l’Europe dans les dynamiques économiques du Maghreb ? Quels sont les atouts et limites du système entrepreneurial de l’entre-deux-rives ? N’a-t-on pas cru sans réserve que le Maghreb était naturellement et presque exclusivement tourné vers l’Europe, alors qu’il diversifie ses horizons et ses partenariats ? Qui sont aujourd’hui les acteurs les plus dynamiques de ces logiques transméditerranéennes… ? Partant de l’hypothèse d’un entrepreneuriat transméditerranéen, le colloque tente de répondre à ces questions, sous l’égide d’Aix-Marseille-Université et de l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) basé à Tunis.

Présentation du programme en français

Présentation du programme en anglais

Résumés des communications du colloque

Semaine économique de la Méditerranée à Marseille du 15 au 21 Octobre

Cette initiative partenariale réunit pendant une semaine à Marseille acteurs privés, experts, représentants politiques, institutionnels et des sociétés civiles issus de l’ensemble des pays du pourtour méditerranéen. Elle a pour objectif d’offrir un espace de rencontres, d’échanges et de débats sur les grands enjeux économiques de la région. Avec l’appui d’une trentaine de partenaires, plus de 20 évènements et 3 000 participants attendus, cette édition sera placée sous le signe de la jeunesse… Au programme de la 6ème édition de la Semaine Économique de la Méditerranée des conférences et ateliers sur la responsabilité sociale des entreprises, le rôle des réseaux sociaux dans « le printemps arabe », l’intérêt des TIC pour le développement territorial, le soutien des diasporas à entrepreneuriat, l’aide à l’export… Cette semaine se terminera par les 8èmes Rendez-vous économiques de la Méditerranée qui traiteront cette année des nouveaux pouvoirs et nouveaux programmes économiques en Méditerranée.

Ø  Présentation

Ø  Le programme de la semaine économique de la Méditerranée

http://www.semaine-eco-med.com/fr/atelier-developpement-durable-et-espace-euro-mediterraneen

Cette actualité transméditerranéenne est aussi l’occasion de montrer que la recherche en sciences économiques et sociales est en prise directe avec ces réalités d’un monde en mouvement et produit des connaissances dans le cadre de programmes financés par des institutions européennes et internationales.

Ci-dessous deux exemples de réflexions et travaux académiques :

Ø  Un texte de E. Mouhoub Mouhoud – du 06/2012

Sur les liens entre « Migrations, Diaspora et Développement »

Ø  Une étude de l’Institut Européen de Florence, dans le cadre du CARIM, 04/2006

Sur « La diaspora algérienne en Amérique du Nord », par Hocine Khelfaoui (PDF)

Présentation de la 21ème édition du FORUM ATUGE – Tunis, 13 Septembre 2012

21ème édition du FORUM ATUGE « Nouvelle Tunisie : Nouveau Contrat Social »
Jeudi 13 septembre 2012 au Palais des Congrès à Tunis.

Dans un environnement en pleine mutation, une nouvelle Tunisie est en train de naître pleine d’espoir et de challenges. Les Tunisiens aujourd’hui libres, sont en quête de dignité: emploi stable, logement décent et sécurité. Il est alors primordial de définir un nouveau contrat social entre l’État, les entreprises et les citoyens. Ces nouvelles dispositions ne devant pas aller à l’encontre de la compétitivité du pays, de son attractivité aux investissements, du respect des droits des employeurs et de la libre initiative entrepreneuriale. Cette équation difficile à résoudre, demeure la clé de voute du socle économique et social de la Tunisie.

C’est autour de ces questions que l’Association des Tunisiens des Grandes Écoles organise son forum annuel sous le thème: « Nouvelle Tunisie : nouveau contrat social »
Gilles Kepel (professeur des Universités à l’Institut d’études politiques de Paris), déclare à l’ouverture du Forum de l’ATUGE que « La colère des jeunes Tunisiens traduit le déficit du traitement de la question sociale » . Après avoir  visité Sidi Bouzid, il évoque la récupération de la colère et de l’insatisfaction sociale par les courants religieux radicaux qui tendent à supplanter les acteurs de la révolution du 14 janvier 2011.

Site Web Forum : http://atuge.org/forum/
Page Facebook : https://www.facebook.com/Forum.Atuge.Tunis
L’évènement : http://on.fb.me/MY1EOl
Twitter : @AtugeTN

L’usine et la région en Tunisie : le décrochage industriel des régions intérieures

L’usine et la région en Tunisie : le décrochage industriel des régions intérieures, par Hamadi Tizaoui.

Cet ouvrage, essaiera, dans une première partie, de présenter le cadre institutionnel de l’industrie tunisienne, depuis l’Indépendance, en 1956.
Une fois présenté, ce cadre nous permettra de comprendre pourquoi l’industrialisation tunisienne a engagé le modèle libéral et néolibéral, en se basant sur un secteur offshore qui en est devenu le moteur principale. En Même temps, cette libéralisation n’a jamais été complète puisque l’Etat a toujours joué un rôle important dans la dynamique
économique et industrielle du pays. Ce « modèle de développement »
n’a pas permis à l’Etat de construire une stratégie industrielle à long
terme. Les « politiques industrielles » qui se sont succédées, depuis les
années 1960, sont des tentatives d’adaptation à des contraintes
étrangères et/ou nationales (déséquilibre de la balance des paiements,
problème structurel du chômage, suivisme des solutions imposées par
les bailleurs de fonds internationaux). Le résultat le plus frappant n’était
pas uniquement le retard de « l’émergence » industrielle et économique
de la Tunisie, mais également, une désintégration territoriale, que tout
le pays a subitement découvert lors de la Révolution de janvier 2011.

Hamadi TIZAOUI est docteur en géographie de l’Université de François
Rabelais de Tours (France). Il est actuellement enseignent Chercheur
géographe à la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis. Il
s’intéresse à la géographie économique et sociale du monde Arabe et
de la Tunisie et tout particulièrement à la géographie industrielle.

Islam et diplomatie : la politique africaine du Maroc

Islam et diplomatie : la politique africaine au Maroc, par Bakary Sambe

Paru en langue française aux éditions « Marsam », cet essai de 238 pages met en lumière les liens séculaires entre le Maroc et le Sénégal en particulier et les pays de l’Afrique de l’Ouest en général. Des liens séculaires où la dimension religieuse revêt une importance particulière, compte tenu du rayonnement spirituel du Royaume au niveau du continent africain qu’illustre parfaitement la « Tariqa Tijaniya », qui compte des millions d’adeptes dans les pays d’Afrique de l’Ouest, a tenu à expliquer Bakary Sambe dans une déclaration à la MAP.

Pour Abdelwahab Maalmi, professeur des relations internationales à la faculté de Droit de Casablanca, l’ouvrage retrace l’histoire du Maroc, « carrefour entre l’arabité, la berbérité et l’africanité » qui reste « ce pays, cet arbre, avec la posture singulière de pouvoir autant tendre ses branches vers la Méditerranée que de persévérer dans la préservation de ses racines africaines ».

Cette œuvre tente également d’analyser les facteurs qui garantissent au Maroc, « pays de ressourcement spirituel pour des millions d’Africains, son prestige diplomatique en Afrique », fondé sur l’histoire, l’imaginaire et surtout son statut de « modèle religieux », a dit Maalmi, précisant que cet essai part du passé historique pour déboucher sur les stratégies africaines du Maroc contemporain « qui a toujours pu s’appuyer sur un héritage largement nourri de références religieuses et spirituelles ».

Bakary Sambe est docteur en Sciences politiques spécialisé en Relations internationales (IEP de Lyon) et titulaire d’un Master en langues et civilisations étrangères. Il est chercheur au sein du Groupe de recherches sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO) connu pour ses études des rapports arabo-africains.

 

L’élite économique marocaine : étude sur la nouvelle génération d’entrepreneurs

L’élite économique marocaine : étude sur la nouvelle génération d’entrepreneurs par Noureddine Affaya et Driss Guerraoui, en coédition Arci, L’Harmattan.

Quels sont les fondements historiques et socioculturels de l’émergence de l’élite économique marocaine ? Quel est l’impact des réformes économiques qu’a connu le Maroc depuis l’indépendance sur les entrepreneurs et les entreprises ? Quelles sont les caractéristiques majeures et les grands paradoxes du capitalisme marocain en ce début de XXIe siècle ?

Disponible sur le site de l’éditeur

Vers un entrepreneuriat transméditerranéen ? 15-16 novembre 2012

Mise en ligne du programme du colloque international Vers un entrepreneuriat transméditerranéen? Les stratégies d’internationalisation des entreprises maghrébines et de réinvestissement des Maghrébins d’Europe, prévu les 15 et 16 novembre 2012 à la MMSH d’Aix-en-Provence.

Programme détaillé

La Geografia in campo. Metodi ed esperienze di ricerca

Angela Alaimo est docteur en géographie de l’Université de Padoue.

Elle a soutenue en 2010 une thèse sur les délocalisations italiennes en Tunisie et participe au programme de recherche « Entrepreneuriat transmédierranéen ».

Son ouvrage (en italien) « La géographie de terrain, méthodes et expériences de recherche », montre comment on peut faire d’un carnet de bord un précieux outil de la recherche.

Lien vers l’éditeur